Artiste papier

Artiste papier

Artiste plasticienne, Aïdée Bernard expérimente la transformation des plantes en fibres à papier.

L’artiste papier réalise avec les fibres végétales des costumes d’art porté, sculptures diaphanes et livre-objets où le papier devient mode d’expression à part entière, fibre-signe, mot-filigrane, matière-peau :

« Le papier que je crée est nourri d’ici, de cette terre qui me porte.

Il est le résultat d’une métamorphose de la matière et parle de mon rapport à la visibilité, ce que je donne à voir. Il questionne aussi la trace fantomatique celle qui m’échappe et qui se dit à travers moi, mon rapport à l’invisible.

L’histoire qui m’habite, intime, cette histoire sourde, se révèle dans une approche sensible de ce que je suis, ces mues successives qui une fois qu’elles ont trouvées leurs formes me permettent de passer à une autre, plus proche de moi tel l’effeuillage de couches de représentations successives.

J’aime que la surface soit la plus fine possible, comme une pellicule, une peau, qui raconte ce qui m’a touché, sensation ineffable, murmure visuel. »

.

casseroles

 

Since 2004 I’ve been experimenting with the art of transforming plants into paper using a traditional chinese method. I love immersing myself in the plant matter right from the moment of harvesting: chestnut, yucca, horsetail, micocoulier, iris, ivy and reeds invite my hands to the task, initiating me in their secrets.

 

Once extracted by cooking in an ash bath, the fibres join up in the water in the ‘tamis’ (the paper making frames) revealing forms and textures. They provide me with a natural material, very much alive, out of the ordinary, inspiring…

 

As a paper artist I use these vegetable fibres to create ethereal sculptures, objects that can be worn such as hats or costumes, or ‘books’.

 

These creations come to me sequentially – each one birthing the next – a trail of chrysalis type objects, testimony to the impermanence of living forms: one moment inhabited, precious, then, all of a sudden, obsolete, discarded.

 

They show the way, to the closest we can get to that edge, just beneath the skin, where we may catch a glimpse of the strange, the unknown…

 

Sometimes the paper allies itself with the writing, then it becomes the place where content and form question each other.

.

Traduction Sophie reynolds

.portrait

Artiste papier

Aïdée Bernard

20 rue du Lirou

34620 Puisserguier

France

04 67 37 86 20 ou 06 19 63 62 16

Cliquez ici pour voir mon book en ligne

 

3 commentaires

  1. van tieghem
    12 février, 2015
    Répondre

    j’aime tout papier

  2. van tieghem
    12 février, 2015
    Répondre

    le papier est pur comme l’artiste de papier

  3. 26 octobre, 2015
    Répondre

    j’adore…bravo – merci la Terre de nous apporter ces joies de créer avec ta matière 🙂
    à bientôt aidée
    au plaisir de vous revoir à Dar Achorafa
    laurence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *