Installation vidéo papier

« Dans son ventre »

Une installation vidéo papier de plantes, textes et danse

Avec Sophie Reynolds et Sandra Dao, danseuses et chorégraphes.

Films et montage de la vidéo projetée avec l’aide de Mona Maire.

Musique de la vidéo par le groupe vocal Aléa dirigé par Véronique Godfroy.

Réalisée pour Chapelles d’art 2015 à la chapelle de Luzençon.

J’aime m’immerger dans la nature, pour cueillir les plantes à papier : lierre, iris, micocoulier, peuplier, prêle, roseaux, folle avoine, qui formeront mes œuvres. J’y ré-apprends la dureté originelle dans les lieux en friche laissés à la végétation expansive (bord des chemins, fond des ruisseaux,…) mais aussi l’émerveillement et la richesse infinie des formes végétales.

Toutes ces fibres une fois extraites par l’alchimie des cuissons en lessive de cendres, révèlent formes, couleurs et textures. Liées par l’eau dans les tamis, elles me procurent un papier naturel, insolite.

Pour Chapelles d’art, je désire investir une des chapelles, lieux de recueillement pour y faire un hymne à la nature, avec cette matière végétale, sublimée dans le papier. En effet le papier permet l’écriture, le recueil de la pensée et sa transmission.

Mon travail artistique questionne l’être en mouvement dans la nature, à travers des œuvres en papier de plantes qui sont tels des mues successives qui me permettent d’approcher au plus près mon identité. Identité mouvante, qui cherche sa place dans la nature. L’installation « Dans son ventre » soulève ainsi le questionnement de l’Homme dans son rapport à son corps, à son être, à la nature, à la planète. Et propose l’idée que l’écologie humaine, passe par un amour et un respect de soi, des autres et de tout ce qui est vivant, en premier lieu cette terre qui nous porte.

La question de l’être en mouvement dans la nature, s’exprime pour moi de façon privilégiée avec cette matière végétale et culturelle, le papier, qui offre une surface d’expression propre à la révélation de cette quête sensible.

J’ai créé un grand format de 2m40 par 2m20, réalisé avec les fibres locales. Le papier comporte des fibres battues avec des filigranes d’écritures, en effet grâce à la technique japonaise de fabrication du papier, adaptée aux celluloses locales, les papiers sont très fins et révèlent des filigranes par transparence. Le texte écrit en filigrane par pulvérisation de jets d’eau sur ce papier grand format parle de mon rapport à ma mère et mon rapport de mère face à mes enfants. Auquel se superposent des fibres de celluloses brutes qui composent un paysage inspiré par la vue sur les monts et vallées qui entourent la chapelle de Luzençon au sommet d’un petit mont.

Vidéo papier : le papier suspendu dans le chœur est éclairé par un film réalisé avec des danseuses, Sandra Martinez-Dao de Kiwat Cie et Sophie Reynold. Elles expriment des mouvements inspirés par la nature où je les ai filmé.

Les différentes strates se superposent en une fine surface, la composition du paysage avec la palette des différentes celluloses et les filigranes d’écritures se mêlent au mouvement des corps dansant dans la nature. Ainsi la forme du corps en mouvement dévoile l’écriture inscrite en filigrane à l’intérieur du papier par projection sur le mur intérieur de la chapelle…