Installation lumière et papier 2010

« Les voiles de dentelles végétales »

Papier de celluloses de dentelles végétales et écritures en filigranes

Papier de fibres de celluloses de yucca et lierre et de celluloses battues de folle avoine et iris, éclairage BT.

Scénographie du spectacle « On ira voir la mer » de Katia Ponomareva.

Les voiles de dentelles végétales se dévoilent petit à petit, donnent des mots aux vibrations intérieures, aux sensations d’enfant, aux émotions fortes.

« Ces yeux, cette bouche, ces mots…
De ma petite fenêtre…
Je suis enfant, je regarde mon corps, si étranger à mes rêves
d’envol, de fulgurance !
Problème d’identité ?
Et si la vie, et si ma vie ce n’était que cela, accepter,
accéder à ce corps seul lieu où vivre.
Trouver, plier ce feu à se dire à travers
l’adéquation profonde à ce qu’il m’est donné d’être :
Touche la terre de conception d’humanité de jaillissance d’entre-tiens. »

Aïdée Bernard 2010

 

Les voiles de dentelles végétales ont été exposées lors des représentation des spectacles de Katia Ponomareva au Comédia à Toulon en 2010 puis en 2011 au théatre de la Minoetrie-Joliette à Marseille.

En filigrane sont inscrits les textes nés de ma participation à cette création qui a pour thématique la naissance :

« Nommer des bribes permet de créer…
L’émotion pure, l’intériorité, dit le remous, tourne en rond, fait des vagues, déborde…

Dans l’audace des mots, je saisis des fragments de cette émotion intérieure, l’amène à l’expression, au jaillissement, j’accouche, me fait violence face aux peurs de montrer, face aux projections que j’ai, je m’accorde à dire l’attirance pour certaines matières, certaines personnes, certains thèmes et me laisse guider « à l’aveugle » jusqu’à ce qu’un certain nombre de liens soient faits, qui m’amène à mettre en œuvre.

Évidence :
Le désir d’enfant. Désir du corps habité
Être la terre d’accueil du don précieux de la vie, l’amour… »

Aïdée Bernard 2010