Traverser la surface

Œuvre d’étude japonaise 2018

Installation d’une douzaine de disques de papiers en fibres de plantes japonaises : kozo, cèdre, kudzu, érable japonais, gingko biloba, thé, arbre de Judée, magnolia (hoba), … Éclairage par la projection d’une vidéo réalisée au Japon. Performance dansée par Aïdée Bernard. Réalisé pendant un voyage au Japon.

Éduqués depuis des siècles à cultiver l’harmonie du groupe national, les Japonais sont peu individualistes. En étudiant leur langue, je découvre que les genres masculin/féminin sont inexistants, même chose pour le singulier/pluriel qui n’est pas utilisé, de plus il n’y a pas d’espace entre les mots dans une phrase ! Cela renforce encore ce sentiment d’indifférenciation. Chaque individu n’est que par l’ensemble des individus, cela déclenche l’idée d’une forme pour mon « Étude japonaise », celle du disque :

 – disque solaire du soleil levant, en effet le mot Japon , comprend deux caractères kanji qui signifient pour le premier : arbre, livre, source, racine, réel , et le deuxième : jour, soleil ; souvent traduit par « pays du soleil levant » et représenté en rouge au centre du drapeau japonais.

– symbole du cercle zen que je trace avec un jet d’eau sur le papier obtenu dans un cadre carré, afin de délimiter les contours du disque ainsi créé, me demandant une perfection du tracé en lien avec celle des calligraphes.

Performance lors du vernissage de l’exposition

“D’un bord à l’autre, traverser la surface”
Abbaye d’Alspach du 4 mai au 10 juin 2019

Georges Crebassa musique
Aïdée Bernard création papier et danse

%d